La réalité de Dialla - Une histoire personnelle (Le droit à l'éducation)

La réalité de Dialla - Une histoire personnelle (Le droit à l'éducation)
Dialla, une adolescente malienne de 15 ans, téléphone à son cousin Hady, un jeune Espagnol de 23 ans. Deux réalités bien différentes.
Rating: 
Video Duration: 
01:40
Creator: 
Gemma, Hady, Elena L. and Paul
Date: 
Vendredi, décembre 14, 2018
Level: 
Youth
Description2: 

Dialla : (Pleurant de colère) Hady, ce n’est pas possible ! Je savais que ça arriverait, mais pas si tôt !

Hady : Mais qu’est-ce qu'il t’arrive ?

Dialla : Hier, mes parents m'ont annoncé que j’étais fiancée et ils m’ont dit que je devais arrêter d’aller à l’école. Je dois m’occuper de la maison et de mes frères et sœurs. Je ne comprends pas... Je le fais déjà, mais maintenant que je suis fiancée, je ne peux plus aller à l’école ?! C’est injuste.

Hady : Vraiment ? C’est une histoire de fou.

Dialla : Oui, mais qu’est-ce que je peux faire ? C’est la tradition, et en plus, je dois respecter la décision de mes parents.

Hady : Mais l’école n’est pas obligatoire jusqu’à 16 ans ?

Dialla : Oui, en théorie, mais dans la réalité, c’est bien plus compliqué. L’État ne vérifie pas si tu vas à l’école, et encore moins si tu es une fille.

Hady : C’est tellement écœurant. On est au 21e siècle, tout le monde devrait pouvoir avoir accès à l’éducation, peu importe si tu es une fille ou un garçon.

Dialla : Je sais, c’est ce que je n’arrête pas de dire à mes parents. Je continuerai de me battre pour obtenir ce que je veux, et ce que je veux, c’est aller à l’école ! J’espère pouvoir leur faire changer d’avis. Parce que même le plus petit des changements peut avoir un réel impact. Hady : Tu as entièrement raison. Tu pourras toujours compter sur moi pour te soutenir.

Dialla : (quelqu'un appel Dialla) Hady, ils m’appellent. Je dois préparer le dîner. J’espère qu’on se reparlera très vite. Hady : D’accord, on s’appelle bientôt. BIP

 

Traduction française réalisée par l’initiative de traductions volontaires PerMondo (traduction gratuite pour des ONG et des associations sans but lucratif) liée a l'agence de traduction Mondo Agit. Traducteurs : Candice Favrel et Anna Chapelle. Réviseur : Nicolas Larroque.