Des obstacles à mes rêves

Des obstacles à mes rêves
Il est triste, mais vrai que certains métiers étaient considérés comme des métiers d’hommes dans sa culture. Mais elle sentait que si elle était capable de changer le regard de ses parents, elle pourrait aussi changer celui des autres.
Rating: 
Video Duration: 
01:40
Creator: 
Paula, Maria, Begum and Nadia
Date: 
Vendredi, décembre 14, 2018
Level: 
Adult
Description2: 

Je suis une fille camerounaise qui rêvait de devenir conductrice de bus. Pour moi, ça a toujours été un défi de grandir avec les stéréotypes de genre que nous avons.

Mais en 2005, la première fois que j’ai dit que je voulais devenir conductrice de bus en classe, j’ai été vraiment frustrée parce que tous mes camarades pensaient que c’était un “métier d’homme”. Mon professeur également.

Je pensais que ma famille allait me soutenir. Mais ils étaient d’accord avec les autres. C’était triste mais bien réel : certains métiers étaient considérés comme des métiers d’homme dans ma culture.

Même si tout le monde était contre moi, je ne me suis pas arrêtée et j’ai eu mon permis de conduire. Malheureusement, je n’ai pas été retenue par la compagnie de bus à laquelle j’avais postulé.

C’est à ce momentlà que j’ai commencé à m’intéresser aux pays étrangers. J’ai planifié un voyage pour rendre visite à mon cousin en Espagne. Pendant ce voyage, j’étais fascinée par les choses que j’ai apprises. Mon cousin m’a parlé de l’égalité des genres.

Les femmes faisaient tous les métiers qu’elles considéraient comme des métiers d’homme, et elles réussissaient aussi bien qu’eux. Je suis retournée dans mon pays et j’ai parlé de mon expérience à mes parents.

Ils étaient vraiment surpris, mais depuis ce jour, j’ai senti que leur attitude était différente en cela qu’ils soutenaient plus mes rêves, et j’ai senti que si je pouvais changer leur attitude, je pourrais aussi changer celle des autres.

Je n’ai jamais cessé de croire en moi et je sais que les grands changements commencent toujours par de petits pas.

 

Traduction vers le français fournie par Mondo Agit dans le cadre du projet de PerMondo (traduction gratuite pour les ONG et les associations sans but lucratif). Traductrice: Candice Favrel. Relecteur : Nicolas Larroque.