Surmonter la pauvreté au nord-ouest du Cameroun

Surmonter la pauvreté au nord-ouest du Cameroun
Une formation qualifiante appropriée peut aider les jeunes ruraux d’Afrique à sortir du cercle vicieux de la pauvreté. Emmanuel a raconté l'histoire de Richard, impliqué dans la polygamie et dans une grande famille, sur la manière dont il a abordé la pauvreté et le chômage. En tirant parti des compétences que il a pu tirer de la formation d'école de ferme familiale dispensée dans son village.
Rating: 
Video Duration: 
02:25
Creator: 
Emmanuel Sangafor
Date: 
Lundi, octobre 30, 2017
Level: 
Youth
Description2: 

Dans l’arrondissement de Misaje, région du Nord-Ouest Cameroun, il n’existe aucune entreprise ni service pour employer les jeunes ruraux. Il est presque impossible de trouver un emploi salarié.

Nous cultivons la terre afin de produire de la nourriture pour la subsistance sur de petites parcelles de champs. Subvenir aux besoins fondamentaux de la vie tels l’abri, l’alimentation équilibrée, l’éducation et la santé était difficile. Le village de Nkanchi a ainsi décidé en 2008 de commencer une Ecole Familiale Agricole afin d’améliorer nos techniques de production agricole et d’élevage.

Moi, Chela Richard, 34 ans, mari de deux épouses et père de douze enfants, j’ai décidé de m’inscrire à l’Ecole Familiale Agricole de Nkanchi afin d’améliorer mes techniques de production. Alors que j’étais encore à l’Ecole Familiale Agricole, j’ai commencé l’élevage de porcs en plus de la production des cultures vivrières. Après l’obtention de mon diplôme trois années après, j’ai développé mes activités. Avec les bénéfices de la vente de mes porcs, j’ai pu changer le toit de ma maison en famille, de la paille (toit de chaume) au métal. J’ai été en mesure de payer à temps les frais de scolarité de mes enfants et leurs performances scolaires se sont améliorées. J’ai aussi remarqué que nous aimons manger le riz à Nkanchi lors des fêtes. Mais, le riz provient d’ailleurs. Alors, j’ai décidé de faire quelques essais en plantant le riz des plateaux avec l’aide d’une organisation de promotion.

Si cela fonctionne bien, cela facilitera la fourniture de mon village en riz, tandis que je me ferais des revenus supplémentaires. La formation que nous avons reçue à l’Ecole Familiale Agricole est une solution à mon problème de chômage et de pauvreté. Je suis sur la bonne voie de sortie de la pauvreté.

Histoire racontée par Emmanuel SENGAFOR

 

Traduit par Benoît Birwe.